Le Service orthodoxe de Presse (SOP)

Placé sous les auspices des évêques orthodoxes en France, le SOP, de 1975 à 2011, grâce à l’engagement dévoué de ses acteurs, a œuvré pour l’unité et le témoignage de l’Église orthodoxe. Avec régularité et rigueur intellectuelle, le SOP a mené, en partenariat avec la Fraternité orthodoxe en Europe occidentale, une importante mission d’information et de réflexion. Plus qu’un relais dans la diffusion des nouvelles pertinentes du monde orthodoxe, le SOP a ouvert, dans le contexte pré-conciliaire du 20e s., un espace d’échanges et de débats.

Présentation du projet du SOP par Olivier Clément en 1975

Collection mensuelle du SOP
Années de publication (les n° de bulletin sont entre parenthèses)
1975
(n° 1 à 3)
1976
(n° 4 à 13)
1977
(n° 14 à 23)
1978
(n° 24 à 33)
1979
(n° 34 à 43)
1980
(n° 44 à 53)
1981
(n° 54 à 63)
1982
(n° 64 à 73)
1983
(n° 74 à 83)
1984
(n° 84 à 93)
1985
(n° 94 à 103)
1986
(n° 104 à 113)
1987
(n° 114 à 123)
1988
(n° 124 à 133)
1989
(n° 134 à 143)
1990
(n° 144 à 153)
1991
(n° 154 à 163)
1992
(n° 164 à 173)
1993
(n° 174 à 183)
1994
(n° 184 à 193)
1995
(n° 194 à 203)
1996
(n° 204 à 213)
1997
(n° 214 à 223)
1998
(n° 224 à 233)
1999
(n° 234 à 243)
2000
(n° 244 à 253)
2001
(n° 254 à 263)
2002
(n° 264 à 273)
2003
(n° 274 à 283)
2004
(n° 284 à 293)
2005
(n° 294 à 303)
2006
(n° 304 à 313)
2007
(n° 314 à 323)
2008
(n° 324 à 333)
2009
(n° 334 à 343)
2010
(n° 344 à 353)
2011
(n° 354 à 363)

Les fichiers sont consultables au format pdf.
La présente numérisation est destinée à un usage privé. Toute réutilisation partielle dans une publication doit indiquer la source précise. Toute reproduction intégrale d’un article ne peut se faire sans l’accord des ayants droits.

Pourquoi le SOP? [Olivier Clément, 1975]

Un bulletin d’informations orthodoxe témoigne d’un fait très simple l’acceptation réciproque de la France et de l’orthodoxie. Longtemps les fortes émigrations orthodoxes dans ce pays -surtout, mais non uniquement, russe et grecque- ont semblé closes sur elles-mêmes. Peu à peu, pourtant, elles ont fait souche. Les fils et les petits-fils d’émigrés sont devenus des Français engagés dans l’histoire de ce pays, où ils pratiquent souvent un véritable “mariage des cultures”. Des Français venus de l’athéisme ont découvert le Christ dans l’orthodoxie. Malgré la tentation persistante du repliement, nous sommes aujourd’hui en présence d’orthodoxes qui tentent de vivre leur foi ici et maintenant, tout en gardant la plus grande attention, et beaucoup d’amour, un amour filial, pour le destin difficile et le témoignage patient de l’Orient chrétien. Une Fraternité, instrument de service et de rencontre, s’est formée pour faciliter cette évolution. Un comité unit les évêques orthodoxes en France autour du métropolite Mélétios, représentant du patriarcat de Constantinople. Réciproquement, un certain nombre de Français ont découvert cette présence, parmi eux, des orthodoxes. Présence discrète, parfois spirituellement féconde, mais étrangement silencieuse, nous dit-on, sur les graves et douloureux problèmes d’aujourd’hui. Il est vrai que pour nous l’Église n’est pas d’abord une maîtresse de morale, mais un sol nourricier. Il n’en reste pas moins que des orthodoxes, enracinés dans ce sol, ont le devoir d’engager d’une manière modeste mais responsable le dialogue avec la modernité. Dans la mesure où l’orthodoxie n’a pas ici de poids politique, dans la mesure ou elle insiste sur l’unité de la divino-humanité, sur l’importance première du mystère, mais aussi sur la conjonction du mystère et de la liberté, elle peut porter sur l’histoire un regard différent. Mais ne nous leurrons pas au sortir des cloisonnements de l’émigration et du triomphalisme dérisoire de quelques-uns, nous ne sommes que des apprentis.

Il ne faut pas oublier non plus que l’Église orthodoxe est présente dans tous les secteurs de la civilisation planétaire qui s’élabore non seulement en Europe occidentale mais en Amérique, non seulement en Occident et dans l’hellénisme, mais dans le monde communiste et le tiers-monde. Un bulletin d’informations orthodoxe peut apporter sur certains aspects de la vie dans les pays de l’Est ou, par exemple, dans le monde arabe, des informations difficilement accessibles par d’autres voies.

En lui-même enfin, ce bulletin témoigne d’une précieuse entraide œcuménique. Il n’aurait pu paraître sans l’accord et l’appui de nos frères catholiques et protestants. Depuis le Deuxième Concile du Vatican, l’Église d’Occident surmonte peu à peu la tentation de l’uniatisme. Faut-il le dire, la tentation d’un uniatisme inverse nous est étrangère. Enracinés dans la continuité théologique, spirituelle et liturgique de l’orthodoxie historique, nous découvrons humblement, gravement, notre vocation elle est de partage désintéressé, elle converge avec tout appel à l’unité par le fondamental. Puisse ce bulletin correspondre à la confiance de nos frères en devenant un instrument modeste et utile de cette rencontre.

Olivier Clément

Extrait du SOP, n°1 (1975), p. 2-3.

À propos du Service orthodoxe de Presse (SOP)

Placé sous les auspices des évêques orthodoxes en France, le SOP, de 1975 à 2011, grâce à l’engagement dévoué de ses acteurs, a œuvré pour l’unité et le témoignage de l’Église orthodoxe. Avec régularité et rigueur intellectuelle, le SOP a mené, en partenariat avec la Fraternité orthodoxe en Europe occidentale, une importante mission d’information et de réflexion. Plus qu’un relais dans la diffusion des nouvelles pertinentes du monde orthodoxe, le SOP a ouvert, dans le contexte pré-conciliaire du 20e s., un espace d’échanges et de débats.

Reconnaissante envers les personnalités qui ont contribué au SOP ainsi qu’à la vision ecclésiale qu’ils ont forgée, la Fraternité orthodoxe souhaite maintenant mettre en ligne la collection complète du SOP afin qu’une large audience puisse gratuitement avoir accès à ce patrimoine de l’Église orthodoxe en Occident.

Si en tant qu’auteur, ou ayant droit, vous vous opposiez à la publication en ligne d’un ou plusieurs de vos articles, merci de bien vouloir prendre contact à l’adresse suivante : sop@fraternite-orthodoxe.eu, afin que ceux-ci soient retirés de la mise en ligne.

Si vous souhaitez soutenir la réalisation de ce projet et couvrir les frais matériels engagés, vous pouvez apporter une aide financière. Rendez-vous alors ici : https://fraternite-orthodoxe.eu/bis/faire-un-don/

En attendant la finalisation de ce travail, vous pouvez déjà lire la présentation du SOP par Olivier Clément en 1975: Pourquoi le SOP?

Faire un don

La mise en œuvre des activités de la Fraternité et plus précisément des Congrès dépend entièrement, tant sur le plan moral que financier, de la bonne volonté et de l’engagement de chacun. C’est pourquoi, nous sollicitons votre contribution financière. L’aide de chacun, si modeste soit-elle, est précieuse. Merci pour votre générosité qui non seulement supplée un besoin matériel, mais suscite également une occasion d’action de grâce envers Dieu (2Co 9,12).

Pour soutenir la Fraternité, vous pouvez :

Fraternité orthodoxe, C/O Marie Khananié – 4, place Nationale – 75013 Paris – France

  • Utiliser le lien Paypal suivant :