L’orthodoxie en Occident

La présence des chrétiens orthodoxes en Europe de l’Ouest est principalement due à différentes vagues migratoires qui se succèdent depuis le début du 20e siècle. Le paysage orthodoxe y est assez contrasté, il est constitué :

      • d’émigrés de confession orthodoxe (Bulgares, Chypriotes, Géorgiens, Grecs, Libanais, Moldaves, Palestiniens, Roumains, Russes, Serbes, Syriens, Ukrainiens,…);
      • de descendants d’immigrés qui, tout en s’étant assimilés à leur pays d’installation, ont conservé la foi orthodoxe ;
      • de tous ceux qui sont venus à l’orthodoxie, indépendamment de leurs origines ethniques.

Cette diversité est un immense potentiel de richesse, elle peut se révéler une véritable expérience de communion dans l’altérité. En pratique, cependant, les communautés orthodoxes en Occident se développent souvent en parallèle les unes des autres. Il n’est pas rare qu’elles s’organisent en vue de préserver leur identité ethnique d’origine, sans nécessairement chercher à s’ouvrir à la société occidentale. Aujourd’hui, en Europe de l’Ouest, l’organisation administrative de l’Église orthodoxe n’est donc pas encore unifiée, de plus, elle reste rattachée à des centres ecclésiastiques situés à l’étranger.
Ce manque d’unité est malheureusement aggravé lorsque des tensions surgissent entre les Églises régionales, comme c’est le cas aujourd’hui suite à la rupture de communion du patriarcat de Moscou avec plusieurs Églises orthodoxes.

Carte de la répartition géographique des principales juridictions ecclésiastiques orthodoxes